Mons face au prestige de son histoire: Saint-Georges parviendra-t-il à terrasser le dragon de verre?

Mons, dimanche le 28 juillet 2013 - Communiqué de "La Tour Saint-Georges à Mons" 
 
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs les journalistes,
Chères citoyennes et chers citoyens,
 
 
Sensibles à la découverte des vestiges de la Tour dite "Saint-Georges" sur le chantier des travaux de la nouvelle gare de Mons, des Montois(es) ont pris l’initiative de mettre en place via le réseau social Facebook un groupe réunissant actuellement plus de 5200 adhérents. L’objectif est de sensibiliser la population et nos édiles politiques à la sauvegarde de ce patrimoine qui à première vue semble exceptionnel.
 
L’intégration des vestiges archéologiques dans le projet de nouvelle gare doit être considérée comme nécessaire à la fois par les acteurs du patrimoine, avec une avantageuse solution de mise en valeur de l’histoire, et les responsables politiques, fortement préoccupés par le fonctionnement et le développement de l'agglomération.
 
La valorisation de ces vestiges archéologiques tend à revêtir une importance considérable pour la vie économique en raison de la politique culturelle et touristique. Aujourd’hui, les citoyens expriment leur sensibilité à la conservation et à la valorisation in situ d’une partie du rempart communal et médiéval, et des fondations de la Tour dite "Saint-Georges".
 
Les citoyens adhérents ne perçoivent absolument pas la présence de ces vestiges situés en zone « parking » comme un obstacle aux avancées des travaux de la nouvelle gare entrepris par la SNCB mais bien comme une opportunité exceptionnelle pour la Ville de Mons de marier le passé et le présent en y intégrant ces vestiges témoignant de son époque médiévale.
 
Christiane Pierard, Docteur en Histoire, membre honoraire de la commission royale des Moments et Sites, et membre du Conseil d'administration de l’Asbl "Sauvegarde et Avenir de Mons" exprime tout son soutien à l'initiative en faveur de la Tour dite "Saint-Georges". Cette dernière précise également avoir adressé un courrier pour sensibiliser les autorités communales.
 
Au-delà de sa valeur purement archéologique et historique, les ruines des remparts et de la Tour dite « Saint-Georges » touchent le cœur et la mémoire historique de la cité du Doudou et donc ceux des Montoises et des Montois. Saint-Georges, ce héros légendaire qui « faucha » de sa lance le Dragon !
 
De plus, le projet architectural « Calatrava » controversé sur beaucoup de plans imposera dans le paysage une gare aux allures de dragon de verre, ce qui constitue à nos yeux une très belle coïncidence symbolique face à la découverte des fondations de la Tour de Saint-Georges sur ce même terrain.
 
C’est pourquoi et ce afin de protéger in concreto ces vestiges de leur destruction, fort de plus de 5200 membres, nous, administrateurs et membres du groupe "La tour de Saint-Georges à Mons" demandons:
 
  • au Gouvernement et plus spécifiquement au Collège communal de Mons d’inscrire rapidement ces vestiges sur la liste de sauvegarde en application de l’article 193 paragraphe 1er quarto du Code wallon de l’Aménagement du Territoire ;

  • aux autorités régionales compétentes d’entrevoir toutes les possibilités techniques pour la conservation et la valorisation de ce fragment de patrimoine historique datant du XIII-XIV siècle.
 
Nous espérons que nos décideurs défendront la sauvegarde de ces précieux vestiges d’une valeur hautement symbolique avec autant de passion qu’ils n’en ont eue pour défendre la mise en œuvre la gare Calatrava.
 
 
John Joos
Administrateur du groupe "La tour de Saint-Georges"
Conseiller communal à la Ville de Mons

Commentaires

Articles les plus consultés