lundi 3 février 2014

MONS-IKEA : Quelques observations liées à l’enquête publique concernant la demande de permis unique.

Mesdames, messieurs,

Ce matin, l’enquête publique relative à la demande de permis unique de la société IKEA s’est clôturée.


Des citoyens, des associations et des commerçants locaux s’interrogent sur les retombées de l’arrivée d’IKEA.

Je vous invite à la lecture de mes observations concernant cette enquête qui dès lors aura des conséquences importantes sur l’économie locale et plus largement, de notre région.

John Joos

Conseiller communal 
Ville de Mons 

Quelques observations liées à l’enquête publique concernant la demande de permis unique d’IKEA. PU.2013/1475

·         Observation qui relève de la transparence

Dans un souci de transparence envers le citoyen, je regrette que l’identité du promoteur de l’extension des Grands Près ne soit pas reprise clairement dans l’annonce de l’enquête publique et ne soit uniquement identifiable qu’à la consultation du dossier. Par ailleurs, ces demandes ne relèvent-elles pas de deux débats  publics  distincts avec les citoyens ?

·         Observations sur le volet éthique et économique de l’implantation IKEA

Sans occulter la partie avantageuse que peut en retirer le particulier, j’ai la conviction que les nombreux domaines dans lesquels œuvre Ikea porteront préjudice à un bon nombre de commerces locaux (à court terme et à long terme).

Ne serait-il pas opportun de mettre en place une étude portant sur les conséquences supportées par les commerçants montois et ceux de la région dans le « dumping économique » généré par la politique d’Ikea? Quelle est la durabilité et la qualité des emplois créés ? Une annonce est faite sur la création d’emplois mais à contre sens existe-t-il une étude permettant d’évaluer la perte d’emplois ?

D’autre part, comme vous le savez, Mons s’est engagé à défendre et à intégrer dans le cadre de sa politique économique, une attention particulière au commerce équitable et au développement durable sur son territoire. Dès lors, des citoyens et des associations se questionnent sur la transparence d’Ikea et plus spécifiquement l’origine de ses fournisseurs et de ses sous-traitants.

Cette politique de prix est-elle soutenable pour les travailleurs qui fabriquent les produits Ikea? Dans quelles conditions sont fabriqués ces produits ? Avec quel salaire à la clé ? Selon divers reportages, IKEA se contenterait tout au plus de payer le minimum légal dans les pays sous-traitants. Dans beaucoup de pays, ce salaire minimum  ne permet pas de satisfaire aux besoins fondamentaux, tels que l’éducation, le logement, l’alimentation…


Cette demande de permis n’est-elle pas l’occasion de rassurer les inquiétudes citoyennes en y apportant des réponses concrètes ?

·         Observations sur le volet économique de l’extension du centre commercial « Les grands Près »

Etant donné le contexte économique actuel et le phénomène de désertification du centre-ville, je tiens à exprimer également mon inquiétude sur les objectifs du projet d’extension des Grands Prés comprenant la création de 22 cellules commerciales supplémentaires de « Mode ».

En effet, en créant cette extension,  la stratégie de City Mall vise clairement la récupération de la clientèle d’Ikea. Celle-ci se fera encore une fois au détriment des activités commerciales existantes ou potentiellement possibles au centre-ville. Il est évident que cette observation ne peut pas être prise en compte par la société City Mall qui défend ses intérêts et ceux de ses clients.


Dès lors, j’estime que la concentration excessive des multinationales sur une même zone provoquant la décentralisation du pôle d’attractivité économique est néfaste à la survie des commerçants locaux.  N’est-il pas opportun de réfléchir à une meilleure répartition "disparate" des éventuelles nouvelles implantations ? Dans quelle mesure le politique joue-t-il son rôle dans la régulation de ce problème et dans la protection de nos commerçants locaux ? Souhaitons-nous vraiment privilégier les grands centres commerciaux périphériques au détriment des petits commerces de proximité ?


N’est-il pas légitime de protéger le fruit des efforts de nos concitoyens ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire