INTERPELLATION RELATIVE AU SOUTIEN AUX ALTERNATIVES CITOYENNES AGRICOLES ET ALIMENTAIRES.

Monsieur le président du Conseil,
Monsieur Le Bourgmestre,
Mesdames et messieurs les Échevins,
Cher(e)s collègues,
Chers citoyens du public,


Dans un contexte marqué par des crises multiples (alimentaire, énergétique, environnementale, climatique, économique) s’impose la construction d’une nouvelle dynamique publique passant par une politique locale volontariste qui encourage une autre façon de vivre et de consommer.

Nous savons par exemple que l’agriculture conventionnelle d’aujourd’hui n’est plus à même de produire sans détruire. Elle contribue à la dégradation de l’environnement, de la biodiversité et de la qualité de vie des citoyens.

Sur le territoire montois, une série d’initiatives citoyennes, associatives et commerçantes naissent partout et proposent des modes de production agricole alternative, professionnelle ou non, (bio/naturel, permaculture, agro-écologie, agriculture urbaine, location de passerelles, etc.), de redistribution et de consommation locale et directe.

A ce niveau, on peut citer les marchés de producteurs, épiceries bio, magasins de produits locaux, artisanaux et saisonniers, magasins en vrac en passant par la transmission d’un savoir-faire, la création (ou la réactivation) de métiers artisans mais également de nouvelles formations qui œuvrent dans le bien-être et l’accompagnement à la consommation (nutritionniste, herboriste, ...), sans oublier une diversité de commerces restaurateurs et Horeca qui naissent en centre-ville.

Cette économie du « Produire, consommer et vivre autrement », œuvrant à contre-courant des multinationales de l’agro-industrie et la grande distribution, contribue au mieux-vivre et de par ses aspects éco-créatifs à la dynamisation du tissu local dans toute sa dimension durable (prévention de santé publique, diminution des transports etc.)

Bref, décrire l’ensemble des maillons ne serait pas possible ici mais je tenais à attirer l’attention sur  l’importance des acteurs de terrain et de leur participation dans ce domaine où la politique pourrait aussi orienter et encourager la population à faire vivre ce système alimentaire durable.

Dans sa récente déclaration politique communale de nouvelle majorité, le collège souhaite changer de paradigme en encourageant notamment les circuits courts de production et de consommation.

Quelle est la stratégie de la ville pour fédérer, encourager et mettre en évidence ces alternatives qui déjà œuvrent dans ce renouveau de la production, de la formation, de la création d’emplois et de la consommation?  Existe-t-il un inventaire de toutes ces initiatives actives sur la commune ? Quelle politique de consommation ? Un site d’informations ?

Je vous remercie de votre réponse.

John Joos
Conseiller communal
Groupe CITOYEN

Mons, 6 juillet 2016.


Commentaires

Articles les plus consultés